mardi 20 juillet 2010

D'Essaouira à Fuerteventura


La Locomotive de la liberté a mouillé l’ancre sur l’île de Fuerteventura, paradis terrestre pour surfers et amoureux des plages ensoleillés situé dans l’archipel des Canaries…point de rencontre des amoureux de la mer…des marins chevronnés qui profite d’une dernière escale sur ces îles avant de se lancer à la conquête de l’océan Atlantique.
Pour y parvenir, les trois aventuriers n’ont même pas eu besoin de demander…Robin, un grand blond à la peau tanée, capitaine du Robin des Mers, un beau voilier de 10 mètres, ne leur a pas laissé le choix…dès qu’il a su que trois jeunes, en vadrouille sans argent autour du monde, voulaient traverser l’Océan Atlantique, il s’est empressé d’aller à la rencontre de Nicola, Raphael et Benjamin pour en savoir plus sur cette aventure farfelue…sans hésitation, il décide de participer à cette grande aventure en amenant les trois explorateurs jusqu’à FuerteVentura.

Le départ étant prévu dix jours plus tard, la Locomotive en profite pour faire une petite excursion à Essaouira, situé à 160 km au Nord d’Agadir. Essaouira est la capitale artistique du Maroc…devenue la capitale du mouvement “Gnawa”, philosophie musicale qui fait vibrer les remparts de la vieille ville. Chargé d’énergies positives et créatives, ce lieu attirent des artistes de partout…ainsi…par coïncidence, les trois aventuriers se retrouvent au milieu d’une foule d’acrobates, jongleurs, cracheurs de feu et musiciens qui se sont rassemblés à Essaouira ce weekend pour une conférence sur les arts du Cirque. La locomotive s’enivre de toute cette jeunesse festoyante qui célèbrent autour de l’art la liberté de s’exprimer, de jouer, de vivre. Lors de cet évènement, ils rencontre l’équipe de la BC crew, une association de Paris qui promeut les arts du feux avec comme rêve la réunion de tous les êtres humains autour d’un feu géant pour partager et vivre ensemble…

Après quelques jours, les trois aventuriers retournent sur Agadir pour se préparer au grand voyage…ils font le tour des restaurants et hotels et rencontrent sur chaque pas de porte un coeur ouvert à leurs vibrations positives. Comme un au revoir, las Marocains ont été plus hospitaliers que jamais dans ces derniers jours et Nicola, Raphael et Benjamin peuvent embarquer sur le Robin des Mers le ventre plein…un ventre qui ne restera pas plein pendant longtemps…à peine sortie du port, l’embarcation devient la proie d’un vent capricieux du Nord-Ouest. Robin et Karine gère la situation au mieux et parviennent tant bien que mal à se frayer un chemin au milieu des vagues immenses…les trois aventuriers quant à eux font grise mine et se réfugie vite dans la coque et s’abandonnent à une valse infernale, menée d’une main de maitre par l’Océan. Voici à peine une heure qu’ils sont montés à bord et les voici les trois à l’agonie, contraint de recourir aux sacs en plastiques…même les convictions les plus nobles ne peuvent résister à l’océan…
Ils attendent le lendemain pour émerger enfin après une nuit forte en émotions, ils découvrent alors l’océan comme il ne l’avait jamais vu auparavant. Des vagues géantes aux reflets bleus marines s’étendent jusqu’à l’horizon sur 360 degré, Robin, le capitaine laissent les trois novices s’essayer à la barre à tour de rôle, leur permettant de connaître cette sensation unique…voguer au vent en plein milieu de l’Océan. Une autre nuit s’écoule, presque aussi intense que la première, le capitaine demeure calme et mène la barque jusqu’au petit matin, l’équipage de fortune se réveille en douceur, sur une mère calme avec les volcans de Fuerteventura au loin…

Après ces deux journées intenses, la Locomotive s’amarre à Corralejo, ville tranquille au nord de l’île…très vite, Nicola, Raphael et Benjamin rencontrent toute une communauté d’italiens qui leurs ouvrent les portes de leurs coeurs et de leurs maisons…une énergie forte et positive flotte dans les airs…rencontres après rencontres, ils découvrent le “cleanoceanproject”, une association locale qui s’occupe de la sensibilisation para rapport aux déchets sur la plage et la sauvegarde de l’environnement…à travers de Wim, le fondateur de cette association, la locomotive décroche sa première interview pour Macronesia magazine…et organise la première exposition de photos du voyage au Ctrl C@fe, suivi de deux interviews pour la radio et un passage aux infos régionales de Télé canarias…la locomotive est en marche…le message passe et se transmet…il est possible de voyager d’une manière plus écologique, sans l’argent qui nous éloigne de notre propre nature…il est possible de vivre différemment…de changer notre monde et de parvenir enfin, tous ensemble, a rencontrer un mode de vie sain et durable qui permette a chaque être vivant d’être heureux sur terre…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.